J’adore… les profs marquants.

Moi je l’aime ce prof marquant !

J'adore mon job

Il était une fois un prof. Ni plus, ni moins. Un prof qui aimait son métier, qui le faisait avec autant de sérieux et de motivation que possible, en essayant de s’amuser, mais aussi d’amuser et d’intéresser les élèves, tout en étant exigeant.
Ce prof, comme tout les autres profs est passé par plusieurs établissements, a beaucoup apprécié de travailler dans certaines classes, dans d’autres moins, et puis il est parti voguer ailleurs, les élèves sont partis aussi, remplacés par d’autres…
Un beau jour, ce prof reçoit un mail sur sa boite mail académique.
Un mail tout gentil, en anglais, de Violette (peu importe son vrai prénom). Violette s’excuse tout d’abord d’écrire sur la boite mail pro du prof, explique qu’elle a eu son mail par un ex-collègue qui l’a vue le jour du résultat du bac. Violette espère que le prof se souvient d’elle, lui précise qu’il l’avait eue…

View original post 450 mots de plus

Tone Me : le couteau suisse musical

Tone Me – Cedric Sadowski est une application multifonction, elle permet notamment de retrouver la tonalité puis les accords d’un morceau, de façon manuelle et à l’oreille. Un métronome, un accordeur et un éditeur de partition d’accords sont aussi de la partie.

 

Il y a un bail que je devais vous parler de ToneMe ! Mais je dois avouer que le développeur en parle très bien !

Regardez plutôt :

 

Créative

On voit bien le potentiel créatif de l’app : à partir d’une tonalité, on navigue dans les accords que l’on peut organiser au sein d’un d’une partition afin d’exploiter cela dans une app comme GarageBand et ses instruments virtuels par exemple.

Les indicateurs de degrés peuvent aussi être intégrés dans une séquence de classe de type : créer une suite d’accords avec les fonctions de tension et de repos auquel on aura préalablement associé les degrés correspondants.

 

Perception comme un jeu

Utiliser la fonction de recherche de la tonalité pour expliquer ce même concept : écouter et retrouver les notes jouées dans une œuvre, afin de trouver la tonalité. Celui ou le groupe qui trouve le premier a gagné 😉

 

Outils du guitariste

La présence d’un dictionnaire d’accords pour guitariste, d’un métronome et d’un accordeur seront à considérer pour un atelier guitare par exemple.

 

TwistedWave : l’équivalent d’Audacity sur iPad !

TwistedWave Audio Editor – TwistedWave contient de très nombreux outils utilisés sur ordinateur avec le logiciel Audacity, ou du moins, suffisamment pour faire la comparaison avec ce dernier. Découverte dans ce billet d’une app, indispensable pour le prof et l’élève !

 

Depuis le temps que je patiente dans cette chambre.. Oups, Cabrel sort de ce corps ! Depuis le temps que l’on cherche un équivalent à Audacity ! Même si je ne suis pas fan de son ergonomie sur ordinateur, il faut lui reconnaître certaines vertues d’efficacité et une prise en main relativement simple. TwistedWave va encore plus loin en terme d’expérience utilisateur car l’exploitation du tactile décuple la simplicité d’usage pour nos têtes blondes.

 

 

Ce premier aperçu montre l’interface principale. Le curseur du haut correspond au volume général, la première vue est la globale tandis que la seconde est la vue de travail. En bas se trouvent plusieurs outils, que l’on désignera comme principaux (lecture, enregistrement, boucle, copier/couper,coller, fade in et out, annuler, dés-annuler, crop et Audiocopy).

 

Après avoir saisi comment utiliser l’app au doigt, il est difficile de se remettre à la souris…Jugez plutôt :


En plus de ces manipulations sommaires, on trouvera les possibilités d’agir sur le son au moyen d’effets d’amplification, de normalisation, d’insertion de silence, de changement de hauteur et de vitesse, réverbe, délay, reverse, EQ en pagaille, stéréo/mono et taux d’échantillonnage !

 

 

Les possibilités d’export sont complètes, nombreux formats :

Nombreuses destinations :

 

Alors certes le prix est certain (8,99€) mais c’est une app essentielle à mon humble avis. J’ai pas mal cherché, pas mal essayé, et TwistedWave Audio Editor – TwistedWave m’a convaincu dans sa simplicité d’utilisation et surtout dans son efficacité.

Je reviendrais prochainement sur son cas pour entrer un peu davantage dans les effets.

À bientôt donc !

En passant

Une enceinte d’appoint puissante, pratique, légère, ça existe ? Oui chez Kit Sound !

Certains accessoires tiennent plus du geek que du pratique mais pour le coup, j’ai été bluffé par la pertinence de l’enceinte KitSound Surround pour dépanner en classe sans oublier bien sûr, le loisir…

 

 

Puissante

L’enceinte possède deux options de son : normal et surround.

Le second mode offre une spatialisation du son et une amplification permettant à l’enceinte de rayonner sans problème dans une salle de classe. Alors attention, il ne s’agit pas de remplacer une paire d’enceintes mais pour ceux qui comme moi changent de salle régulièrement et n’ont pas d’enceintes dans chaque salle, la puissance fournie est très raisonnable pour diffuser de la musique et plus largement podcast, voix parlée, films (qui diffuse des films à ses élèves ? Je parlais d’une heure de pause bien sur 😜).

 

Pratique

Sa fonction support (les molettes permettent d’ajuster la taille) :

Permet de poser un iPad :

Un iPhone :

Ou n’importe quel terminal pourvu d’une entrée jack. Et oui ! Aussi surprenant que cela puisse paraître, la KitSound Surrond n’est pas Bluetooth ! J’ai beaucoup ri une fois que j’ai compris que je ne la trouverais jamais dans la liste de mes terminaux Bluetooth sur l’iPhone ! Alors adieu le sans fil mais au final, ce n’est pas ce qu’on lui demande puisque l’enceinte sert de support ! De plus, cet élément sera à prendre en compte pour les « sans-ondes » à la recherche d’enceintes d’appoint.

Son transport est facilité par les ergots de support qui se plient :

Qualité

Je l’ai précisé, on ne s’attendra pas à des enceintes de monitoring mais la justesse de ces enceintes est plus qu’acceptable à ce prix ! Pour une trentaine d’euros, la KitSound Surrond saura amplifier avantageusement le son des iJouets pour regarder un film, un match et donc dépanner en classe !

Pourquoi j’utilise l’iPad en éducation musicale ?

Article rédigé pour la revue des professeurs d’éducation musicale APEMU, il contient de nombreux projets décrits ici. Un condensé !

Pourquoi j’utilise l’iPad en éducation musicale ?

Vaste question ! Envisagée de mon point de vue enseignant puis élargi à l’élève, cette réponse sera premièrement construite en suivant le modèle d’intégration des TICE de Ruben Puentedura : SAMR (Substitution, Augmentation, Modification, Redéfinition). Une large partie sera d’ailleurs consacrée à la Redéfinition de mon enseignement avec cet outil. Pour finir, j’expliquerai pourquoi mon choix s’est porté sur la machine d’Apple et non sur celle d’un autre fabricant.

Substitution : tout, avec une tablette ?

La tablette me permet de stocker des médias tels que des images, œuvres musicales et vidéos. Ces données sont importées en wifi ou par connexion à mon ordinateur. L’iPad a aussi accès aux nuages (Dropbox, iCloud…) dans lesquels tous mes cours se trouvent – à condition bien sûr que la connexion le permette..

Ces données peuvent être diffusées grâce à un vidéo-projecteur et un système d’amplification. Avec ou sans fil selon le matériel.
Renseigner la fiche d’appel, le cahier de texte, les notes et les appréciations sur l’ENT sont des actions réalisées depuis le navigateur intégré. Personnellement, j’utilise Evernote pour le cahier de texte.

Enfin, je peux créer mes cours (dans l’application Pages notamment), les arrangements pour le projet musical (GarageBand pour n’en citer qu’une) et enfin imprimer sans fil (Printer Pro).

Toutes les tâches quotidiennes peuvent donc être réalisées à l’aide de ma seule tablette.

Augmentation

L’outil présente des avantages notables comme sa portabilité, son autonomie (une journée de cours sans problème), une grande solidité et enfin, une disponibilité immédiate. Fini l’allumage interminable, un seul toucher sort de veille l’appareil qui est immédiatement disponible.

L’intégration du nuage en ligne (iCloud) au sein de la tablette me permet de commencer un travail sur l’iPad, de le poursuivre sur iPhone et de le terminer sur le Mac/PC, sans rien faire. C’est une habitude difficile à occulter une fois que l’on y a pris goût.

Comparé à un ordinateur fixe, éventuellement présent dans mes salles (mais souvent lent voire obsolète) ou avec mon ordinateur portable, la tablette fait donc le poids. Enfin, sans le faire, bref, vous aurez compris !

L’évaluation du chant en classe entière… en vidéo

Pour l’évaluation du chant en classe entière, je peux enregistrer la classe en audio mais aussi la filmer. Demandant à nos élèves d’adopter une posture correcte pour chanter, nous sommes les seuls à pouvoir affirmer de sa bonne mise en œuvre. Filmer l’évaluation de la classe entière permet non seulement d’évaluer la qualité de la production vocale mais également la posture.
L’auto-évaluation prend une dimension supplémentaire, les élèves peuvent s’auto-évaluer, en se voyant, et se découvrir en situation. L’enregistrement audio de cette prestation est déposé sur l’ENT (Evernote).

Création de la bande son d’un film facilitée

Recréer les bruitages d’un extrait de film ou de dessin animé était une activité très ludique pour les élèves, mais elle était un vrai casse-tête pour le montage de mon côté ! Tandis qu’une fois la vidéo importée dans l’iPad (iMovie), il me suffit de supprimer la piste sonore originale, de démarrer l’enregistrement et de capter la création des élèves ! Le micro intégré de l’iPad peut convenir mais je lui préfère mon Zoom H2 que je branche à l’iPad à l’aide d’un adaptateur et d’un Hub alimenté (pardon pour la technique mais je préfère le préciser). Il existe par ailleurs un tas de micros spécifiquement compatibles ou conçus pour les tablettes.

Ouvrir la classe à l’extérieur par un jeu musical sur Twitter : #twittson

Lors d’un brainstorming d’activités pédagogiques à réaliser entre des twittclasses (enseignants francophones), j’ai lancé l’idée du #twittson. Un jeu consistant à proposer un son à d’autres twittclasses qui doivent reconnaître de quoi il s’agit. Pour ce faire, il faut enregistrer (sur SoundCloud) d’une part et (idéalement) filmer d’autre part l’exécution d’un son (film déposé sur Dropbox). On propose notre son à deviner avec la balise #twittson. Les classes suivant la balise répondent en posant des questions sur la nature du son. Questions auxquelles nous répondons en donnant quelques indices. A notre charge ensuite de trouver les sons des autres classes !
Cette activité ludique me permet de parler du son (attaque, chute, timbre…), de susciter l’imagination et la créativité des élèves, mais aussi d’évaluer certains items du socle (notamment dans la compétence 1 et 4). J’essaie en effet de faire rédiger les réponses ou les questions aux élèves eux-mêmes, sous ma validation avant de publier.

Un projet interdisciplinaire et numérique : #twitthaiku

Depuis 2 ans est organisé un concours de Haïku sur Twitter. Ouvert au grand public comme aux scolaires, il est demandé de rédiger un haïku sur la balise #twitthaïku. Après avoir étudié cette forme poétique, nous écrivons un haïku et créons un paysage sonore enregistré sur iPad.

Même si ces deux projets liés à Twitter peuvent-être réalisés sans iPad, l’outil tablette permet pour le Twittson, de capter et filmer les créations pour les déposer sur les plateformes en ligne et enfin les tweeter. Dans le cas du TwittHaiku, l’iPad permet d’écrire, d’enregistrer le paysage sonore, de photographier son illustration (il pourrait également servir à créer l’illustration, l’iPad en arts plastiques est très pertinent) et de tweeter le tout.
On peut réaliser chacune des activités avec un seul outil,  alors qu’il aurait auparavant fallu de multiples équipements. L’iPad se comporte comme un « facilitateur » de la réalisation de ces projets.

Modification

Une technologie spécifique à Apple nommée AirPlay ouvre la possibilité de diffuser de la vidéo et du son provenant de la tablette, sans fil. Pour pouvoir l’utiliser, je dispose d’une borne wifi et d’un module de transmission multimédia (Apple Tv) activés au besoin. Cette technologie apporte une re-configuration de ma posture en classe en étant plus disponible, plus mobile et plus proche des élèves..

Je peux me déplacer dans la salle, tablette en main, tout en diffusant son, image, vidéo et même, annoter le cours en direct (GoodReader, Notability ou Explain Everything). Je dois admettre que dans ma pratique, la tâche d’annotation est confiée à un élève (de préférence celui qui n’a strictement rien à faire de l’éducation musicale mais qui sera toujours intéressé par le fait d’avoir l’iPad entre les mains, au prix de quelques smileys en plus de la trace écrite…).

Le temps d’écoute en groupe

Le temps d’écoute est toujours resté le moment du cours le plus décevant pour moi. J’observais que malgré tous mes efforts (interactivité, œuvres récentes, humoristiques…), seulement quelques élèves participaient, une majorité se contentait de prendre le cours et une dernière partie décrochait. De plus, je ne trouvais pas comment jauger précisément la compréhension et la perception de l’élément étudié en vue d’une personnalisation des apprentissages.

La tablette peut avoir l’interactivité d’un TBI. C’est donc à l’aide des 5 iPad mini dont je dispose (et également de multiplicateurs de port diffusant le son de la tablette sur 5 écouteurs simultanément) que les élèves, disposés en groupes, réalisent l’activité qui aurait pu être exécutée au TBI. Par exemple, déplacer des étiquettes dans un ordre particulier ou sur une zone précise (StickAround). Ces mini-jeux sont réalisés de façon autonome puis nous comparons les résultats. Le contenu de l’activité reste le même mais l’intérêt, l’implication et donc l’efficacité des élèves me semblent bien plus importants. De plus, ces activités peuvent être reprises lors des remédiations de façon individuelle ou à plusieurs dans le cas d’un tutorat.

Réécriture d’une chanson en autonomie

Pour cette activité, j’ai laissé le soin aux groupes de choisir la chanson à réécrire. Ils ont recherché le playback/karaoké de l’œuvre sur Youtube, l’ont téléchargé puis importé dans l’application qui permet d’enregistrer leur voix (iMovie).
La modification réside d’abord dans l’autonomie qui s’est dégagée du travail des groupes. En effet, ils avaient tout entre leurs mains pour pouvoir essayer, mettre en place et répéter à loisir. Ensuite, les élèves devaient écrire leurs paroles en lieu et place de la vidéo originale afin de publier le tout à nouveau sur Youtube.

Redéfinition

L’iPad possède un potentiel créatif inouï. Le mettre entre les mains des élèves peut complètement redéfinir la façon dont le cours d’éducation musicale se déroule et se vit.

Élèves créateurs

Chaque groupe d’élèves disposait dune activité différente en lien avec la musique chez Louis XIV : ressources et questionnaires sur différents thèmes, danse, body tap… à partir desquels ils devaient créer une vidéo permettant au reste de la classe de compléter le cours, de saisir et d’apprendre un pattern de body-tap, de danser. Les créations ont été hétérogènes mais nombreuses ont été au delà de mes attentes !
Au cours de la première étape de cette expérience, l’exploration des ressources, les élèves pouvaient disposer de leurs smartphones. A partir de leurs terminaux mobile ils se sont connectés à mon iPad en ayant accès aux ressources les concernant (application Documents). Ils ont ensuite envoyé leur travail par ce même procédé directement sur mon iPad. Trois applications ont été utilisées pour créer les vidéos : Tellagami, iMovie ou ExplainEverything (depuis la rédaction de cet article, Adobe Voice et Puppet tiennent une place de choix dans cette liste...)

Découvrir son espace proche : une dimension visuelle, sonore, interdisciplinaire et créative

Les élèves de 6e ont découvrent leur espace proche, smartphones et iPads en main. Les objectifs étaient multiples : mesure du volume sonore, enregistrement audio du paysage sonore, photos et vidéos, le tout géocalisé grâce à la fonction GPS.
Nous projetons par ailleurs de créer un livre numérique pour relater et analyser les données récoltées. Ce sera bien sûr l’occasion d’aborder les dangers pour l’audition des volumes trop élevés et également de créer des affiches préventives (avec Pages) pour la journée de l’audition.
Dans cette perspective, nous réaliserons plus tard dans l’année des créations musicales à base de sons enregistrés dans des lieux précis (cantine, cours, salle de classe, gymnase…) que nous insérerons dans des applications musicales (MadPad et MovBeats) afin de proposer les compositions sur Twitter sous forme de jeu : dans quel lieu a été réalisée cette œuvre ?

Un livre audio pour rendre compte d’une sortie-concert

Au jour de notre sortie, les iPads n’étaient pas arrivés. Au retour de la sortie, Les iPad étaient là ! La classe a été interrogée sur ses impressions post-concert. Les réponses enregistrées sur iPad puis insérées dans l’application Book Creator, les groupes ont chacun réalisé une double page contenant : une question, les réponses audio et une ou plusieurs images le cas échéant. Le livre a été déposé sur un nuage en ligne (Dropbox) accessible via l’ENT et consultable par les parents depuis une tablette ou un ordinateur.
Aujourd’hui, nous prendrions les iPads pour réaliser un live-tweet [NDLR : on tweete au fur et à mesure des événements, en direct] avec photos du départ, de la mise en scène et du concert.

Aider à la mémorisation de la prononciation

Les modèles des chants, des passages délicats (rythme, prononciation…) sont mis à disposition des élèves sur l’ENT (Evernote). L’intérêt de cet enregistrement est bien d’aider l’élève à mémoriser de façon auditive la prononciation ou mise en place et ainsi d’en faciliter son apprentissage. En particulier pour les élèves DYS qui ont, pour certains, d’énormes difficulté en langue étrangère.

L’iPad comme instrument de musique, composition, émulation

Je n’ai pas parlé du potentiel purement musical de l’iPad par manque de recul sur l’expérimentation. Évoquons :
– sa faculté à se muer en un instrument de musique virtuel (toutes sortes d’instrument traditionnels ou originaux : Gyro Synth, Orphion, Thumbjam…),
– son gigantesque catalogue d’applications de création musicale originale (Figure, Gestrument, Musyc…) ou plus traditionnels (les séquenceurs comme GarageBand)
– la lecture et la création de partitions numérique (Symphony Pro, Notion, Notate Me pour les partitions classiques, Guitar Pro pour les tablatures, Synthesia pour les claviers),
– l’émulation d’effets et ampli guitare/basse (JamUp, Amplitube…).

Pourquoi l’iPad ?

Précisons d’abord que je n’ai aucune action chez Apple ! Et que la technologie ne cesse d’avancer. Ce que j’écris maintenant sera donc sûrement faux demain, mais il me semble qu’à ce jour, l’iPad est le plus pertinent en classe d’éducation musicale. Je n’ai fait que présenter des approches possible pour notre matière dans cette réponse, mais je pense avoir donner une idée du potentiel qu’il revêt. Le catalogue purement musical de l’iPad est très étendu, il bénéficie en plus d’une communauté d’utilisateurs et de développeurs particulièrement actifs rendant le domaine dynamique et en perpétuelle évolution.

Toutefois, un grand nombre des projets que j’ai présentés peut être réalisé avec une autre tablette. Pourtant, aucun autre fabricant ne peut aujourd’hui prétendre avoir dans son catalogue une suite d’applications homogènes, complètes et intuitives telles qu’iWork (l’équivalent de la suite office) et iLife (comprenant iPhoto, iMovie pour le montage vidéo, GarageBand pour le montage et la création musicale), ni aussi performantes et simples à utiliser pour l’enseignant comme pour l’élève. Qui plus est, gratuites !

Avec 55 minutes de cours, il faut que la tablette facilite les activités, les rendent plus efficaces et pas le contraire. Dans ce cadre, l’iPad s’est d’abord substitué à mes équipements traditionnels en augmentant certaines activités de mon cours pour finir par le modifier et le redéfinir complètement.

Je n’ai que peu abordé l’intérêt, l’implication des élèves et évincé l’aspect résultat. Peut-être cela fera partie d’un prochain rendez-vous.

Vidéo

Créer un modèle GarageBand prêt à l’emploi !

Nombreux sont les enseignants qui déplorent l’impossibilité de démarrer un projet GarageBand sans quelques opérations rébarbatives…

Que ce soit pour enregistrer une émission radio, créer un podcast ou tout autre projet vocal simple, il est nécessaire de désactiver le métronome, le décompte, activer la durée automatique…Autant de barrières qui doivent être ôtées pour que les élèves puissent créer en tout sérénité.

Voici donc un petit tuto vous proposant de réaliser une fois pour toutes ces opérations en créant un modèle vierge prêt à être dupliqué, l’élève n’aura plus qu’à dupliquer le modèle :

Pour ceux qui n’auraient pas compris ou ceux qui ont la flemme ;-), voici le modèle à dupliquer (ne soyez pas surpris, le décompte reste activé par défaut).

Diffuser image & son – Kit de démarrage ipad #edmus : épisode 2

Après avoir configuré les iPad dans l’épisode 1, nous vous proposons avec Benoît de s’occuper de la diffusion multimédia. Trois grandes familles de solutions : filaire, sans fil via un ordinateur ou via un dispositif AirPlay.

1. Solution filaire

Diffuser l’image

Matériel requis

Adaptateur 30 broches (avant l’iPad 4) vers VGA :

MC552-18 Adaptateur 30 broches (avant l’iPad 4) vers HDMI :

MD098-17

Lightning vers VGA (à partir de l’iPad 4) :

MD825-22

Ligthning vers HDMI (à partir de l’iPad 4) :

Lightning to hdmi-25

Connecter l’iPad au vidéo projecteur (ou à l’écran TV) à l’aide de l’adaptateur adéquate.

👍 Le choix VGA ou HDMI dépend du vidéo-projecteur. La meilleure qualité d’image sera obtenue avec l’HDMI qui assure également la diffusion du son (nous en reparlerons dans la partie diffusion du son).

Selon l’équipement de la salle, penser éventuellement à prévoir dans le budget un câble d’une longueur suffisante ou une rallonge vga ou hdmi reliant le vidéo-projecteur et l’adaptateur connecté à l’iPad.

 

Diffuser le son d’un seul iPad

Connecter la sortie casque de l’iPad à une entrée de l’amplificateur au moyen d’un mini-jack 3,5 mm. L’autre extrémité du mini-jack doit être compatible avec l’amplificateur :

Photo 01-07-2014 14 55 13

Dans la majorité des cas, il peut s’agir d’une entrée RCA :

Rca_audio_male_female-28

ou mini-jack :

Jack 35-31

Diffuser le son de plusieurs iPad simultanément

Deux solutions sont possibles :

– Le multiplicateur de port type Belkin RockStar permet de diffuser le son de 5 iPad en simultané. Il faudra prévoir autant de câbles mini-jack vers mini-jack pour relier les iPad au multiplicateur.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

– Une mini mixette type Behringer MX400 permet de diffuser et niveler le son de 4 iPad simultanément. Il faudra prévoir autant de câbles mini-jack vers jack ou les adaptateurs correspondants.

Behringer mixette-34

Avantages
Pas besoin de connexion wifi
Aucun réglage particulier : fonctionne de suite
Pas de latence

Inconvénients
Perte de la mobilité
Gestion délicate avec plusieurs iPad en classe
Risque de fragiliser les connecteurs de l’iPad

 

2. Solution sans fil via un ordinateur

Diffuser l’image

Matériel requis :
Un ordinateur PC ou MAC équipé du wifi et connecté au vidéo-projecteur
Une connexion wifi (pour rendre un ordinateur wifi et/ou créer un réseau wifi voir ici)
Un logiciel de « réflection » (mirroring) permettant la recopie de l’écran de l’iPad :

Reflector

Airserver

– X-Mirage

Après avoir connecté l’ordinateur et l’iPad au même réseau wifi :

Même réseau wifi-37

Lancer le logiciel de mirroring puis activer la recopie vidéo sur l’iPad :

Connecter Airplay

– Glisser depuis le bas de l’écran de l’iPad vers le haut,
– Toucher AirPlay
– Sélectionner l’ordinateur exécutant l’app de Mirroring
– Activer la recopie vidéo.

Avantages
Connexion internet non obligatoire
Sans fil
Affichage de plusieurs écrans d’iPad simultanément

Inconvénients
Besoin d’un ordinateur
Certains bugs sont constatés
Latence gênante pour jouer de la musique en direct

 

3. Solution matérielle & autonome : dispositif AirPlay

Diffuser le son

Matériel requis
Une récepteur AirPlay (AirPort Express par exemple)
Un câble pour relier à l’amplificateur

Nous avions évoqué l’AirPort Express dans l’épisode 1. Cette dernière offre la possibilité d’envoyer le son sans fil. Il faudra pour la relier à l’amplificateur (via un jack 3,5mm à sa sortie) et sélectionner  l’AirPort Express comme sortie AirPlay :

Photo 01-07-2014 15 03 04

D’autres accessoires existent en lieu et place de l’AirPort Express pour cet usage, un récepteur bluetooth comme le BlueWave de Novodio fera parfaitement l’affaire :

ACSNVO0022_mainv3_MW_0
Avantages
Connexion internet non obligatoire
Sans fil
Inconvénient
Latence gênante pour jouer de la musique en direct

Diffuser image et son

Matériel requis
Un réseau wifi
Une Apple TV
Un câble HDMI
Si vidéo-projeceur non HDMI : un convertisseur HDMI vers VGA + Audio (Kanex ATVPro)

apple tv

Après avoir relié l’Apple TV au vidéo-projecteur, brancher le câble d’alimentation de celle-ci et se connecter au boitier (voir la procédure de recopie vidéo ci-dessus) en sélectionnant Apple TV :

Air play Apple tv-43

Lors du premier démarrage, quelques éléments de configuration seront nécessaires (mot de passe du réseau wifi).

Avantages
Solution autonome
Stabilité

Inconvénients
Latence gênante pour jouer de la musique en direct
Un seul iPad affiché à la fois

 

Nous voici au terme de ce second épisode, n’hésitez pas à nous communiquer vos réactions !!