Vidéo

Une app iOS essentielle pour le professeur d’éducation musicale : Audiobus !

Application essentielle pour le musicien sur iPad, Audiobus l’est tout autant pour le prof d’éducation musicale ! Elle permet de faire interagir plusieurs apps audio en même temps (enregistrer, appliquer des effets…). Cela faisait un moment que je voulais en parler ici. Je le fais enfin à l’occasion d’un test pour i-zik.fr, site sur lequel vous pouvez gagner une licence de l’app.

Voici donc un tutoriel de prise en main  :

Et la présentation/configuration de la nouvelle fonction multi-routing :

A bientôt !

En passant

#LePCR : un beau projet francophone international et interdisciplinaire

Le projet de ré-écriture du conte Le petit chaperon rouge a pris fin, voici un petit retour d’expérience avec mes élèves lors de la participation à ce projet.

Le projet final !

Sans plus attendre, voici le projet fini :

Notre participation : chant, sons, voix

Ma classe de 6e avait pour rôle de chanter dans la chorale de 14 classes !

Puis d’imaginer, de créer ou de trouver des bruitages pour accompagner les images et le texte écrit collaborativement par les autres classes. Avec 1h par semaine de cours, ce fut un vrai challenge d’efficacité qu’ils ont relevé avec brio.

Lepcr recherche sons

Par binôme pour chaque page du conte, ils ont annoté, réfléchi, proposé des sons puis les ont enregistré (sur Evernote) ou à défaut, ont passé le relais à une classe de 4e. Ces derniers sont allés puiser dans des banques de sons libres de droits pour trouver les bruitages que nous ne réussissions pas à créer par nous même.

Cette même classe de 4e a enregistré les voix du loup que l’on entend au cours de l’histoire et durant la chanson.

Brigitte est magique

J’avais suivi de loin l’an dernier ce beau projet. Lorsque sa reconduite fut annoncée, mon intérêt pour y participer était donc très présent ! Je ne sais plus trop comment s’est déroulé l’échange donnant vie à cette participation mais j’ai été époustouflé par la gestion d’équipe de Brigitte Léonard. Présente et disponible, ultra organisée, encourageante, bienveillante, hyper efficace, créative, maitrisant parfaitement les moyens de communication et toute la partie technique de montage audio, vidéo !

Quand on est chapeauté par une personne de ce calibre dans une équipe, on ne peut qu’être efficace et investit soi-même. Je n’ai pas eu l’occasion de remercier Brigitte pour ce que j’ai appris d’elle en terme de management en suivant le projet. J’en profite donc au travers de ce petit billet.

Et j’avoue que j’apprécierais beaucoup être dirigé par des personnes ayant autant de qualités dans la gestion d’équipe, Brigitte, il faut qu’on en discute ! Comment fais-tu ?!

Afin d’illustrer quelque peu cet enthousiasme, je vous encourage à consulter un article présentant le projet : ici, et à cliquer sur la balise #LePCR sur Twitter.

Vidéo

Saisie musicale dans Symphony Pro : tactile et stylet !

Non ce n’est pas un poisson !!!!! 😉

Suite à une conversation avec @freddav @francoissicks @Lannoy29 @edouardvince et surement d’autres dont je ne me rappelle plus (excusez-moi), je me suis remis à utiliser un stylet sur l’iPad.

Etant actuellement dans une découverte et utilisation approfondie de Symphony Pro, je me suis retrouvé par hasard entrain de saisir des notes au stylet. La saisie tactile était déjà très aisée mais au stylet, c’est hallucinant d’efficacité ! Même si la vidéo ne rend pas exactement l’effet stimulant que je vous partage, essayez et vous serez conquis !

D’ailleurs pour essayer, il vous faudra l’app Symphony Pro. Et ça tombe bien parce que l’éditeur me laisse le champ libre pour vous l’offrir ! Laissez un petit commentaire et vous recevrez par mail le code promo.

Mes 5 enseignants innovants ! (bon en fait ils sont 7)

Au cours d’un échange sur Twitter avec @igruet au sujet des enseignants innovants, j’ai indiqué « Mes » 5 (en fait 7) enseignants innovants. Une de ses questions fut : que t’ont-ils appris ? Interloqué, j’y ai réfléchi. Voici ma réponse, déclinée sous la forme : Mes enseignants innovants.

Après avoir listé Mes enseignants innovant en expliquant ce qu’ils « m’ont appris », j’expliciterai mon concept sans prétention mais avec l’idée de mener une réflexion. Libre à vous de partager vos points de vue, de critiquer le mien et surtout, de partager vos enseignants innovants ! Car le tweet original de @igruet déplorait que les innovants ne se vendaient pas assez…Alors pourquoi ne pas partager Nos enseignants innovants ? Voici les miens : Ghislain Dominé, François Lamoureux, Yann Houry, Emmanuel Quatrefages, Véronique Favre, Ticeman de la caverne et Anne Andrist.

Pour finir l’apéro : l’ordre de présentation de mes innovants est lié à l’historique de mes découvertes et nullement à une hiérarchie…ceux que je cite ici sont ceux qui m’ont le plus marqué, influencé, stimulé, touché, appris. S’il fallait citer une liste de ceux que je considère comme innovants, alors la liste serait particulièrement longue. Il s’agit donc ici de Mes innovants, concept détaillé en fin de billet.

@Lannoy29 : le pionnier pillier premier mousquetaire

En cherchant « iPad en éducation » (dans la perspective du prof) j’ai découvert les deux versions du Guide de l’iPad à l’usage de l’enseignant. Ce que Ghislain y contait sortait complètement de ce que je connaissais et de ce que j’imaginais faire avec un iPad en classe. Il proposait une pédagogie « collaborative » dans laquelle les élèves étaient amenés à produire ensemble…et à partager cela sur Twitter. Il fut donc la source de ma venue sur Twitter et de l’idée de monter une twittclasse.

Sur son blog, celui-ci parlait de flipper sa classe c’est à dire, proposer à ses élèves le cours en dehors du cours afin de faire des activités en classe ! C’est par son partage que j’ai découvert la classe inversée.

Un autre délire 😉 de sa part était de traiter l’ordinateur traditionnel de poids lourd, vantant le paperless et la dématérialisation des productions des élèves elle-mêmes, à coup de plateformes (iTunes U, Twitter, SoundCloud, AudioBoo) et autres applications (Notability, Documents by Readdle, Evernote et j’en passe). Cela avait par ailleurs donné lieu à quelques Live sessions mémorables ! J’étais totalement en phase avec cette approche mais ces échanges m’ont emmené encore plus loin.

À tel point que je me retrouve régulièrement obligé de demander un stylo à mes élèves (on a pas dit que l’innovation n’avait que du bon non plus ! Quoi que dans mon cas l’innovation n’ait rien à voir, tête en l’air…)

Je m’arrête là tant l’œuvre de l’artiste (oui il l’est aussi) est large et surtout se poursuit d’une part dans le Guide de l’iPad à l’usage de l’enseignant version iTunes U et d’autre part sur son blog. Sans oublier sa disponibilité infaillible sur Twitter.

Ghislain partage donc son travail en classe et crée du contenu pédagogique (interdisciplinaire) à destination des enseignants pour qu’il puisse être mis en action. Ce que j’ai appris de lui ? J’ai découvert des approches pédagogiques que j’ignorais et de nombreuses façons d’envisager l’iPad (ou la tablette) en classe ainsi que moultes astuces pour ces mêmes machines. En dernier lieu, chercher à donner du sens à ce que j’apprends à mes élèves.

@francoissicks : le pachiderme pédagogeek !

Peut-être est-ce parce qu’il vit avec un éléphant dans la poche qu’il a cette énergie créatrice d’où émerge toutes sortes d’idées dont on se demande parfois comment on n’y avait pas pensé avant ! Car oui François partage sur son blog et sur Twitter des astuces qu’il qualifie lui-même de pédagogeek. Parfois sorties de nulle part, elles sont aussi souvent très simples mais tellement précieuses ! A l’image de l’ambassadeur qu’il est (pour Evernote), il distribue les idées, comme des Ferreros….

En étroit lien avec Ghislain, ses partages d’utilisation d’Evernote m’ont ouvert la voie d’un allègement et d’une efficacité inouïe en classe. Plus besoin de perdre des heures à remplir l’Ent quand le simple fait de remplir (ou faire remplir par mes élèves) une note est automatiquement mis à jour sur le fameux Ent.

François est aussi l’un de ceux qui m’a le plus influencé à franchir le cap de la création de capsules avec les excellents modèles que j’avais sur expliquemoiencore.com.

A cela il faut ajouter son utilisation des QR codes ici et , de twitter avec ses élèves, de l’inversement de la classe inversée heu…en un mot : les élèves créent leurs capsules (lisez ceci). Une approche que j’avais imaginée sans penser un jour qu’elle pourrait être viable, lui l’a fait, il a ouvert la voie pour moi.

Ce qu’il m’a appris ? Des solutions facilitant mon quotidien numérique et celui de mes élèves. Toujours me souvenir que l’éléphant (Evernote) est d’un grand secours. Très affuté dans l’art du détournement d’éléments à buts non pédagogiques (!), je me sens contaminé. Il faut en fait dire que quasiment tout ce que François partage ressort chez moi transposé à ma matière (je pense par exemple aux dictées sur iPad que j’ai transformées en exemple de prononciation et mise en place rythmique pour le chant inclus dans la note de cours).

@yannhoury : le titan lettré

Créer deux manuels de français (6e et 4e) de plusieurs centaines de pages et un site énorme répondant au doux nom de ralentirtravaux.com (j’ai pas encore compris le nom du site au fait 😉 ) relève de la folie. La découverte de ce travail titanesque m’a d’abord montré les possibilités énormes que recouvraient le manuel numérique et également le logiciel iBooks Author. La seule lecture de ses manuels m’a fait prendre conscience que cet outil pouvait être une révolution dans l’apprentissage. On en entendait parler, lui l’a fait : contenant tout à la fois leçons vidéos, exemples, exercices auto-correctifs, dictées, définitions, magnifiques images et vidéos…l’œuvre de Yann est pour moi une mine à idées contenant un nombre incalculable de techniques pédagogiques actuelles.

Sa disponibilité sur Twitter à l’épreuve de mon persévérant entêtement à chercher des choses ultra précises me fait dire que ce que Yann m’a appris : c’est d’abord croire que c’était possible ! Puis, chaque ouverture de ses manuels fait émerger de nouvelles idées.

@4fages : l’humilité pédagogique

Pratiquant de la balise #siçapeutaider, j’ai connu Emmanuel par ce biais. Toujours prêt à rendre service et à aider celui qui en avait besoin. La classe dans laquelle il enseigne est constituée de multiples niveaux de fait, il doit composer avec les exigences des programmes et la gestion des différents âges présents.

Un des projets qu’il a mené et qui m’a beaucoup marqué est la rencontre virtuelle de sa classe avec une artiste, en la personne de @Ameriquebecoise, dans le cadre d’un atelier théâtre.

Les partages de sa twittclasse sont également très riches, avec un clin d’œil déclencheur pour la balise #moninstrument qui a suscité de nombreuses idées pour mon usage de la twittclasse ! Il fut aussi l’un de ceux qui, au travers de ses twitttravaux, m’a guidé vers Twitter en classe.

Enfin, son blog mini65.tumblr.com est le lieu de courts billets intitulés iPadagogie, témoignant de son utilisation quotidienne de l’iPad en classe. Une mine à idées, toujours mesurées, sans éclaboussure ni complexité !

@vairaunik : une super-souris !

Ce que je connais de Véronique est son infatigable régularité. L’opposé de ce que je suis. Je suis donc toujours admiratif de sa régularité. Son blog doigtdecole.com est une source précieuse de partage d’expériences pédagogiques, d’applications mais aussi dernièrement, j’y ai trouvé un partage sur l’intégration des tice, plus précisément de l’iPad en classe, qui m’a permis de comprendre le modèle SAMR. Un déclic en somme.

D’un autre côté, le rayonnement que ses travaux ont dans les médias, comme auprès de mes collègues PE IRL (c’est à dire dans mon établissement), est enthousiasmant. Elle aussi propose des situations simples pour intégrer l’outil iPad dans la classe.

@Anne_andrist : le rayon de soleil suisse

Même si elle n’est pas suisse, elle y bosse ! Anne est une formidable enseignante. Son quotidien scolaire relève du super-héros : une classe d’élèves aux difficultés dépassant largement la scolarité (porteurs de troubles de la personnalité, troubles psychotiques et troubles envahissant du développement, le tout associé aux troubles mutlidys).

Son énergie débordante, ses projets, partages, les échanges que j’ai eu avec elle m’ont bouleversé. Je rêvais d’un projet radio, elle a monté une radio avec ses élèves. Je commençais à créer des capsules pour la classe inversée sans trop savoir comment, elle enregistrait les premières déclenchant par là même de nombreux fous rires (ah quelle voix !) mais surtout la décision finale de démarrer aussi. Je me questionnais sur comment aider mes élèves en difficultés, nous échangions, elle partageait sur son blog, et j’y trouvais de nombreuses solutions !

Dernièrement, le projet collaboratif Classes en acte avec Ghislain (encore lui !?) fait parti de ces projets qui m’ont marqué, et qui suscitent en moi l’envie de continuer à avancer, à donner du sens.

Sachez par ailleurs que sera célébré le premier twittmariage prochainement 😉

@ticeman01 : un homme ? Une machine ? Non ! C’est Ticeman de la caverne !

Ticeman est un mystère, infatigable fouineur du web, il essaie, essaie et essaie encore tous les services et autres plateformes qui lui semblent avoir un intérêt pédagogique. En plus de cela, une question posée donne quasi-imméditament lieu à une réponse et même souvent, à la création d’une vidéo tutorielle ! Encore un qui a de l’énergie à revendre !

Ce que j’ai appris de lui ? Au quotidien, je prends une dose de « RRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH » (citation du 14 mars 2014 6:29 AM). Et plus sérieusement la détermination à chercher, créer, détourner des outils afin de leur faire faire ce que je veux pour mon enseignement. Il ne lâche jamais l’affaire !

D’un autre côté, son récent billet sur la formation, domaine dans lequel j’exerce ponctuellement m’a remis en question. En effet, pourquoi les programmes de formations sont organisés ainsi ? Pourquoi ne formerait-on pas les enseignants à la demande ? A leur demande ? C’est en fait ce que Ticeman fait déjà sur Twitter ! Et son travail est précieux pour les nombreux enseignants qui le suivent.

Voici donc l’énoncé de Mes innovants, ceux qui m’ont en fait poussé à avancer. Je vais détailler ici ce concept.

Un enseignant innovant, c’est quoi (pour moi) ?

Un enseignant innovant est d’abord un enseignant qui sort des chemins qui m’ont été enseignés. Même si je crois avoir bénéficié d’une très solide formation, celle-ci était principalement (j’ai bien dit principalement) basée sur une pédagogie frontale à base de cours de dialogués. La technologie étant au service de l’enseignant afin d’optimiser, d’améliorer son enseignement.

L’enseignant qui sort de ces directions me semble donc, original ou innovant…Innover signifiant introduire de la nouveauté, ma perception de l’enseignant semble donc convenir. Mais cela ne suffit pas à en faire Mon enseignant innovant !

Son rôle est-il d’apprendre quelque chose aux autres enseignants ?

La mission principale de l’enseignant me semble être la réussite de ses élèves. A priori c’est au formateur d’apprendre aux autres enseignants.

L’enseignant innovant peut donc rester dans son coin et innover en paix ou presque. Car comme le dit Jean-Paul Moirault dans son billet Et si l’enseignant innovant était un concept utile pour…ne pas innover : « Seul, l’enseignant innovant s’épuise, il se coupe petit à petit de son milieu, se marginalise car il avance au sein d’un système qui stagne« . Cela pourrait expliquer le fait que l’enseignant qui innove puisse avoir envie de partager ses expériences, pour avoir des retours, des approbations, des critiques et ne pas se marginaliser justement.

Partager dans quel but ? Pour que ça résonne…

Mais partager sans retour est un peu limité. Voire inutile. En ce sens, Twitter a pour moi été le lieu dans lequel j’ai trouvé des enseignants qui partageaient leurs expériences positives comme négatives, échangeaient, mettaient et créaient en commun des ressources, montaient des projets ensemble (partout dans le monde)…Cette énergie foisonnante et ces partages ont suscité en moi énormément d’intérêt et ont finalement complètement changé ma façon d’enseigner.

Je crois que ma réponse à la question est là : l’enseignant innovant est celui qui, en partageant ses idées, ses expériences, ses découvertes et ses erreurs suscite l’intérêt de ses pairs. Il n’est pas vraiment différent de moi, nous sommes collègues, il a juste des idées qui sont différentes des miennes et qui vont résonner en moi, ouvrir des portes, élargir mes conceptions.

Mes enseignants innovants sont donc ceux qui, à un moment donné, m’ont ouvert les yeux pédagogiques tant au niveau pédago pur qu’au niveau technique et même, pour la plupart, au niveau humain. Car finalement, un enseignant innovant est un humain (sauf Ticeman, car lui on ne sait pas trop ce qu’il est en fait), qui en ayant des idées, défriche des chemins. Puis en les partageant, il permet à ses pairs d’y entrer ou d’apercevoir une autre route. Mais dans tout les cas, l’enseignant innovant est un déclencheur.

S’il fallait conclure simplement je dirais merci à ceux qui partagent. Grâce à eux, j’ai trouvé des résonances qui m’ont fait avancer comme jamais je ne l’aurais imaginé. Aujourd’hui je partage aussi, comme une forme de remerciement. En me disant que ce que je fais peut aider quelqu’un. Je pense donc que tout enseignant (qui en a le désir) devrait partager, car il peut être un déclencheur pour l’un de ses semblables. Sans les partages, je ne chercherais pas à avancer.

Et vous, qui sont Vos enseignants innovants ?

Numbers iOS : mise en forme conditionnelle (bricolée) ; étendre une formule

Yann Houry souhaitait que les notes en dessous de la moyenne soient  affichées en rouge. Très simple à réaliser sur Excel ou Numbers (Mac), cela est moins instinctif sur iOS. Je propose donc une alternative bricolée, permettant d’afficher en rouge les notes en dessous de la moyenne dans une autre colonne ou cellule à l’aide de la fonction SI.

Une vidéo réalisée rapidement et hélas, en basse qualité :

Ci-dessous l’explication dans le texte !

Voici la feuille de base :

Photo 14-10-2013 08 03 23

Premièrement, formater la colonne suivante en couleur rouge :

Photo 14-10-2013 09 33 05

Ensuite, insérer la fonction SI :

Photo 14-10-2013 09 34 44C’est ici que les choses se compliquent légèrement car nous allons écrire la formule.

Il faut la comprendre ainsi : SI la cellule B2 est < 10 alors B2 s’affiche (en rouge à cause du formatage). Mais Si la cellule B2 >10 alors rien ne s’affiche.

Nous allons indiquer les arguments de cette formule en commençant par : Si B2 < 10

Photo 14-10-2013 09 36 37

Passons aux conditions, Si vrai (étape 1,2) et si faux (étapes 3,4)

Photo 14-10-2013 09 39 47On notera que dans l’argument « si faux » j’ai choisi d’insérer un texte mais en réalité, je n’en ai renseigné aucun. Autrement dit, après l’étape 4 voici l’étape 5 :

Photo 14-10-2013 09 40 09

Enfin, il nous faut simplement étendre cette formule c’est à dire la transposer à toutes les cellules souhaitées :

Photo 14-10-2013 09 41 13

Puis :

Photo 14-10-2013 09 42 10

Et voilà le travail :

Photo 14-10-2013 10 19 14

Pour finir, on peut imaginer mettre une annotation au lieu de la seule note en rouge, comme ici, la mention « attention » :

Photo 14-10-2013 09 43 07Qui donnerait ceci :

Photo 14-10-2013 09 43 34

Cette solution bricolée aura le mérite de rendre service, je l’espère, mais n’attendra qu’un spécialiste des tableurs pour trouver la « vraie » fonction « mise en forme conditionnelle » qui doit, ou qui devrait absolument, exister dans Numbers iOS tant elle est courante dans l’utilisation d’un tableur classique.

Par ailleurs, il faut noter que ni Google Drive, ni Smart Office 2, ni QuickOffice, toutes pour iOS ne permettent la mise en forme conditionnelle.

En passant

Une app couteau suisse pour jouer de la musique sur iPad : ThumbJam

Après Figure par Propellerheads présentée ici, je vais vous parler de ThumbJam par Sonosaurus que j’ai présenté ici sur iPhonophile.fr. Un code à gagner comme pour Figure : foncez !

IMG_3428

Cette application est une merveille pour jouer, pas seulement créer mais bien jouer avec expressivité. Tout est mis en oeuvre (multitouch, shake, gyromètre) afin de faire vivre les notes. Une approche bien différente d’autres apps donc, qui sera tout à fait complémentaire avec d’autres apps de création mais également avec d’autres apps en direct puisqu’elle est aussi compatible Audiobus.

Enfin, elle inclut des capacités de jeu à plusieurs en Bluetooth ou en Wifi et la possibilité d’être utilisée en contrôleur midi.

Classe inversée en éducation musicale ? Une proposition

Voila une année scolaire que par petites touches j’ai cherché, élaboré, étudié, comment utiliser la classe inversée en éducation musicale. Pourquoi ? D’abord pour gagner du temps ! Comprenez du temps de musique dans mon cours. Car 1h d’éducation musicale hebdomadaire ne pèse pas lourd pour réaliser des projets musicaux aboutis. Dès lors, si l’on souhaite respecter le programme : inclure dans chaque séance de la production (chant, activités instrumentales), de la perception (écoute) et de l’histoire des arts/culture, il reste peu de place aux activités chronophages que sont la réalisation de projets musicaux (au sens large).

C’est dans cette perspective que la classe inversée propose une solution. Dans ma façon de l’utiliser, cette approche s’étale sur deux temps : découverte à la maison, application en cours.

IMG_3239

1. Découverte à la maison

Deux axes d’approche :

– a.) découverte d’une notion technique à la maison (par exemple le tempo, l’ostinato, la polyphonie…)

– b.) dispension de connaissances culturelles à la maison (présentation d’un compositeur, d’une œuvre, définition)

2. Application en cours

– a.) La notion technique sera perçue au travers des écoutes et produite au cours des activités musicales. Ainsi, les élèves viennent en cours avec une pré-connaissance de la notion que l’on va « vivre »  et approfondir musicalement.

– b.) Les connaissances à retenir et leur évaluation sont clairement identifiées dans le cours. Une évaluation sommative obligatoire est prévue en fin de séquence. Néanmoins cette évaluation est une photo, si elle n’est pas la bonne, on la refait ! Je parlerais de ma façon d’evaluer dans un autre billet.

 

Comment ?

Pour le temps de découverte à la maison, dans les deux cas (notion technique ou connaissances), les élèves répondent à un questionnaire en ligne et sur leur cours. Le questionnaire en ligne est accessible via un formulaire google dont le lien raccourci et le QRcode figurent sur le cours papier des élèves. Les élèves le renseignent et le valide (avec nom, prénom, classe) me permettant de suivre leur travail. Le cours ne contient que les questions dont les réponses seront à retenir.

Comme David Bouchillon – à qui j’ai emprunté l’idée – l’a signalé, la limite du formulaire google est l’impossibilité pour les élèves, de conserver leurs réponses en ligne. 

Pour le temps de cours, la correction des questions du cours est affichée, les élèves sont invités à soumettre leurs incompréhensions qui souvent, se résolvent grâce aux activités musicales (écoute et production).

Le temps habituellement consacré à la dispense du « cours » : définition, biographies…est maintenant disponible pour les activités musicales. Les écoutes en sont plus profondes, la pratique en est améliorée, le temps passé à l’élaboration des projets est augmentée.

Ce tableau ainsi dressė laisse rêveur mais je ne l’ai pas suffisamment mis en place pour que les fruits soient aussi beaux. C’est bien à partir de septembre 2013 que des séquences intégrales seront construites ainsi. L’an passé, ce fut quelques séances par ci ou là, me laissant entrevoir les bénéfices que j’ai décrit. Rendez-vous pris à toussaint pour faire un point !

Quel matériau ?

Faire le cours à la maison nécessite un contenu pédagogique de qualité. Trois voies se sont affrontées, utilisation de podcasts d’émissions de radio, compilation de vidéos glanées sur YouTube ou autre plateformes, création de vidéos.

C’est la dernière solution qui a récolte le plus d’enthousiasme auprès des élèves car ceux-ci ont davantage saisi la notion visée que dans les autres formules. J’ai donc essayé de créer plus de capsules (#pédagozeek) et j’espère continuer de façon plus régulière, mais quel boulot !

Je ne fais aucune conclusion pour le moment en ce qui concerne l’utilisation des autres ressources (podcast radio, vidéos pedagogiques ou non), la seule chose que je souligne est la difficulté de trouver du contenu de qualité, correspondant à mes attentes, libre et limitant les plateformes différentes de visionnage (je reviendrais sur ce point dans un autre billet également).

Accès au contenu

Pour ces expériences, les élèves avaient de nombreuses voies différentes pour accéder au contenu :

–  le contenant :  un site Google sur lequel les élèves trouvent la vidéo ou le podcast accompagné du questionnaire Google.

– l’Ent officieux : une note Evernote par séquence et par classe dans laquelle sont renseignées : le déroulement du cours, le cours annoté, les devoirs/liens vers les videos, les liens vers les playlists.

– l’Ent officiel : dans lequel n’est renseigné que le lien vers la note Evernote du cours (ENT officiel trop fermé, llimité, peu ergonomique, difficilement accessible via mobile…)

– le compte Twitter : renvoyant vers la note Evernote du cours

– la page Facebookrenvoyant vers la note Evernote du cours

En dernier lieu, en cas de dysfonctionnement matériel au domicile des élèves, ceux-ci étaient invités à réaliser le travail au CDI, à amener une clé USB sur laquelle je peux déposer les documents nécessaires à la réalisation.

Pour cette année, je ne relaierais pas les notes de cours sur le compte Twitter afin de ne pas le polluer d’infos inintéressantes pour nos followers !!

Limites ?

Au cours de ces quelques mois, la principale limite que j’ai rencontrée était le suivi (j’ai 18 classes…), parce que les élèves ne sont pas très friand du travail à la maison !

J’ose espérer que la mise en place profonde de cet enseignement pour l’année qui vient, avec des contenus plus précis et plus en rapport avec mes attentes poussera également les élèves à adopter la formule.

Après cette première semaine de rentrée, le fonctionnement semble être compris. Rendez-vous pour le prochain épisode !

Autorisation pour diffuser les créations (musicales) des élèves, informer sur la Twittclasse et la Classe inversée

Diffuser les oeuvres de nos élèves peut-être une pratique courante grâce aux TICE. Seulement, il n’est pas toujours aisé de trouver la législation adéquate !

Je partage donc un lien qui me semble être très complet. Il se présente sous la forme de questions-réponses, textes à l’appui : ici

Ensuite, sachez que Youtube a signé un accord avec la SACEM permettant à tout un chacun de publier des reprises d’oeuvres existantes. Ainsi, plus de soucis pour publier nos projets musicaux jusqu’à 2016 ! Consulter cet article. Celui-ci aussi contient des infos intéressantes.

Voici enfin le document qui a été distribué cette année à mes élèves contenant une information sur le projet Twittclasse et la classe inversée puis les autorisations de diffusions. J’y ajoute également mon adresse mail.

Autorisations photos vidéo voix création Twitter Flip Classe 2013 – Blog

Je peux le transmettre dans un format éditable également.

En passant

Composer (enfin) simplement à (presque) tout âge avec Figure par Propellerheahs

Cela fait bien longtemps que je voulais partager cette fabuleuse app, et c’est à l’occasion de sa présentation sur iPhonophile.fr que j’en profite pour vous en toucher un mot sur ce blog. Indiquons d’ores et déjà qu’un code promo sera offert à un des lecteurs d’iPhonophile donc si le cœur vous en dit, faîtes y un tour. J’y ai également fait un présentation détaillée. Mais ici, il sera question de son potentiel éducatif.

Le concept de Figure (app universelle 0,89€) est : « vous avez cinq minutes, composez une super ligne de basse, ajoutez batterie, synthés et éclatez-vous ». Cette phrase résume bien la façon dont est conçue l’app, en faisant un joyau pour l’éducation musicale.

04

Tout est tactilement intuitif, tombe sous les doigts naturellement et surtout, sans complication. Ça sonne toujours, toujours en place (= pas de décalages rythmiques), compatible Audiobus (donc permet d’etre envoyé vers GarageBand), pas de menus ou de reglages parasites, des banques de sons couvrant une palette de styles assez orientés house mais on peut tout à fait trouver des sons R’n’B pour nos collégiens ou encore pop/rock pour nos autres collégiens (!). Soyons clair, en composant une boucle, le simple changement de banque sonore change complètement le morceau. Pourtant le pattern est le même mais les banques sont tellement riches qu’on dirait un nouveau morceau ! Même une boucle qui ne sonne pas tellement sera transfigurée (vous noterez le fin jeu de mots) par un choix ingénieux de boucles.

Ainsi, la facilité de la composition musicale permettra la création aussi bien de jingles (radio/tv) que de backing tracks (projets de création) et sera un prolongement certain au cours d’éducation musicale pour ceux qui ont la chance d’être équipés en iPad.

D’un point de vue personnel, c’est addictif. On peut aller beaucoup plus loin avec les options harmoniques notamment, mais toujours de façon très intuitive.

Bref, cette application est un bijou à découvrir ici ou  !