Vidéo

Saisie musicale dans Symphony Pro : tactile et stylet !

Non ce n’est pas un poisson !!!!! 😉

Suite à une conversation avec @freddav @francoissicks @Lannoy29 @edouardvince et surement d’autres dont je ne me rappelle plus (excusez-moi), je me suis remis à utiliser un stylet sur l’iPad.

Etant actuellement dans une découverte et utilisation approfondie de Symphony Pro, je me suis retrouvé par hasard entrain de saisir des notes au stylet. La saisie tactile était déjà très aisée mais au stylet, c’est hallucinant d’efficacité ! Même si la vidéo ne rend pas exactement l’effet stimulant que je vous partage, essayez et vous serez conquis !

D’ailleurs pour essayer, il vous faudra l’app Symphony Pro. Et ça tombe bien parce que l’éditeur me laisse le champ libre pour vous l’offrir ! Laissez un petit commentaire et vous recevrez par mail le code promo.

Vidéo

Concevoir un arrangement pour le projet musical avec GarageBand (L’iPad côté prof en éducation musicale)

GarageBand est une application très puissante, elle permet en un rien de temps de concevoir un projet musical tout entier ! De plus, nul besoin d’être informaticien ou musicien professionnel pour que tout soit juste et calé…création étape par étape en vidéo puis le tout expliqué pas à pas.

Démarrer le projet

A tout arrangement, il y a structure. Une fois ouvert GarageBand, nous commencerons par la section rythmique. Toucher la batterie, cette dernière apparaît, définir premièrement le tempo :

Puis la structure de la première partie (nombre de mesures) :

On ajoutera au fur et à mesure les différentes sections. Il,suffira ensuite de les dupliquer pour les répéter et de toucher le bouton modifier pour les (ré)organiser.

Quantize myself ! L’option qui compte…

Si l’on est pas un pro de la mise en place (comme moi), ne surtout pas oublier de Quantiser chaque piste MIDI que l’on créé :

Une fois cela fait, dans la fenêtre principale toucher le bouton enregistrement (rouge) et jouer !

Les autres pistes ? Très smart…

Il faut ensuite poursuivre la création des autres pistes instrumentales. Pour tous les instruments, on peut choisir entre le fait de jouer ou de faire jouer ! Apple propose des Smart instruments qui contiennent des riffs melodico-rythmique pré-conçus nommés Autoplay. Cependant, on est à même de choisir le mode de jeu qui nous convient.

Pour la basse par exemple, on pourra jouer avec les riffs Autoplay (peut être le plus simple à mettre en œuvre) :

Avec les notes des accords, dans ce cas là ce sera à nous de jouer la « mélodie ». On pensera à quantiser avant d’enregistrer…

Ou encore, directement sur le manche (pour ceux qui sont à l’aise avec ça) :

Pour les claviers, on aura le choix entre le Smart Clavier et le piano « réel ». L’avantage du premier résidera surtout dans la fonction accords, qui jouera toujours de beaux renversements ! Chaque case représentant une position.

De plus, les accords sont personnalisables à souhait comme le montre l’image ci-dessus. On accèdera à ce menu de la façon suivante :

Le piano réel conviendra quant à lui aux pianistes, ou aux musiciens voulant utiliser un clavier externe.

Pour ou contre ?

Cette solution de création d’arrangement ne conviendra forcément pas à toutes les chansons et autres projets musicaux auxquels nous aurons à faire. C’est pourquoi il est aussi possible d’enregistrer de vrais instruments réels dans GarageBand, j’en ai déjà parlé dans ce blog, ou encore d’enregistrer d’autres types de sons provenant d’autres applications avec Audiobus.

Toutefois, la solution présentée dans cet article propose des atouts que je n’ai pas encore évoqué. Notamment la possibilité de transposer en quelques touchers l’entièreté du projet, afin d’adapter la tonalité à la voix de l’enseignant ou de l’élève :

Également la possibilité d’adapter le tempo ou encore de mettre en boucle une partie de l’arrangement afin de travailler un endroit précis, un pattern de percussions…pour ce faire, toucher « + » puis la section à jouer en boucle. Démarrer la lecture et c’est parti !

L’arrangement vous intéresse ? Je vous l’enverrais avec plaisir au format GarageBand ou Audio, à votre convenance.

Améliorer la prise de son dans Evernote : des propositions

Evernote est un outil formidable : prise de notes, ENT enrichi, travaux collaboratifs, la liste est longue ! Consultez le blog de François Lamoureux pour s’en convaincre. Seulement, pour les enseignants d’éducation musicale et tout ceux qui utilisent la fonction « notes vocale », il a un gros défaut : la qualité très moyenne du son. Il est parfois difficile de comprendre des mots parlés, alors en ce qui concerne les créations musicales, il vaut mieux ne pas compter avec.

Bien entendu, ce n’est pas la qualité du micro des terminaux qui est en cause mais bien le format choisi pour les notes, faible en qualité de compression, afin de consommer le moins de bande passante possible sur le quota de téléversements mensuel.

Concrètement si l’on est pas dans un calme absolu lors de l’enregistrement (quasi-impossible en classe), tout bruit ambiant, considéré dans l’enregistrement comme « important », perturbe  la clarté de l »enregistrement de la source.

Plusieurs solutions alternatives existent si l’on souhaite, et c’est mon cas, centraliser le maximum de contenu dans Evernote afin de faciliter l’accès aux ressources pour les élèves :

– 1.) Le bricolage : iRig Mic avec mousse

– 2.) L’alternative SoundCloud ou Dictaphone natif : création d’une note Evernote par mail

– 3.) L’alternative Recordium : exportation du son dans une nouvelle note Evernote

Concrètement

1.) Le bricolage : iRig Mic avec mousse

Ce micro conçu pour les appareils iOS a l’avantage d’être unidirectionnel de fait, il ne captera que le son venant directement face à lui, atténuant les bruits alentours. Ainsi, lors d’un enregistrement dans une salle de classe, rarement silencieuse ;-), on obtiendra une prise de son plus précise qu’avec une prise directe depuis le terminal iOS.

affiche

Trois précisions s’imposent si vous souhaitez utiliser ce micro :

– La première est physique, lorsque l’on démarre l’enregistrement dans Evernote, le micro n’est pas reconnu, il faut le désenclencher/réenclencher. Franchement, je ne saurais expliquer pourquoi (enfin si mais ce n’est pas prouvé alors je le garde pour moi !).

– La seconde concerne le réglage du volume d’entrée. Selon la source (l’enfant) que vous enregistrez, il faut régler le volume d’entrée. L’iRig Mic en propose trois (voir photo). Pour des enfants s’exprimant à volume de conversation, on optera pour la position intermédiaire ou la plus haute. Pour la position haute : éloigner le micro de la source évite la saturation. Pour des adolescents (timides), la position haute sera fortement conseillée ! A vous de jauger de toute façon.

Sélecteur– La dernière concerne les « pop » : utiliser une mousse atténue ces bruits désagréables et ajoute un isolement du bruit ambiant.

2.) L’alternative SoundCloud / Dictaphone natif : création d’une note Evernote par mail

L’application SoundCloud et le dictaphone natif des terminaux iOS n’ont pas les mêmes limitations qu’Evernote en terme de qualité d’enregistrement. Les enregistrements réalisés par ce biais sont donc d’une qualité très convenable en prise directe du micro iPhone/iPad/iPod. Hélas, on ne peut exporter l’enregistrement directement vers Evernote avec la fonction « ouvrir dans une autre app ».

Toutefois, une astuce Evernote découverte ici permet de créer une note en envoyant un mail à l’adresse de votre propre compte. Regarder ci-dessous comment retrouver son adresse Evernote :

Evernote mailLe sujet du mail sera le titre de la note, ajouter @ puis le nom d’un carnet de note pour l’y insérer, enfin, ajouter # suivi du nom d’une étiquette si vous le souhaitez.

Cette astuce ne permet pas d’ajouter l’enregistrement à une note pré-existante.

On relèvera qu’un élève peut sans problème utiliser cette méthode avec le dictaphone natif, ainsi il sollicitera des compétences du B2i (créer un fichier audio, l’envoyer par mail…)

3.) L’alternative Recordium : exportation du son dans une nouvelle note Evernote

Recordium est une application gratuite ayant de nombreuses fonctionnalités. Notamment l’annotation d’un fichier audio (assez original) mais aussi le choix du format d’enregistrement et sa qualité.

Photo 14-06-13 11 13 03

De plus, il permet d’ouvrir le fichier enregistrer dans une autre app, dont Evernote :

Photo 14-06-13 11 13 28

L’export créé une nouvelle note que l’on insèrera dans le carnet souhaité directement depuis la note comme la capture ci-dessous le montre :

Capture d’écran 2013-06-14 à 16.16.52

Voilà !

Enregistrer son instrument avec l’iPad

Enregistrer son instrument (accompagnateur) avec l’iPad mais pas que !

Lors de jeux vocaux avec les élèves, d’exercices durant l’apprentissage du chant ou pour son évaluation, il est pratique de pouvoir enregistrer son instrument accompagnateur (guitare, piano électrique, accordéon, harpe…) afin de mieux diriger ou écouter.

Je présenterais la version iPad et la version PC/Mac.

A.) Avec l’iPad et Garage Band

L’amp link kit ou le JamUp Plug (parmi bien d’autres) permettent pour une trentaine d’euros de brancher un jack instrument mono dans son iPad (ou son Mac)

From iPhone de Nicolas (4)

Amp Link Kit – avec fil, faux-contact et piles : moins pratique à mon sens

20130128-110452.jpg

JamUpPlug : vraiment Plug & Play

1.) Après avoir branché l’instrument à l’interface jack du boîtier, ouvrir GarageBand. Ouvrir un nouveau projet et sélectionner enregistrement audio.

20130104-214202.jpg

On arrive à cela :

20130104-213635.jpg

2.) Ensuite, appuyer sur la roue crantée en haut à droite pour désactiver le métronome

20130104-213448.jpg

3.) Appuyer ensuite sur le « + »

20130104-213458.jpg

Appuyer sur la section A et sélectionner comptage automatique (afin que l’enregistrement ne s’arrête pas au bout de 8 mesures)

20130104-213513.jpg

Il suffit d’appuyer sur enregistrer (le bouton rouge!) pour démarrer la prise.

B.) Sur Mac

Apple intègre GarageBand dans les ordinateurs, de fait, une fois branché son instrument, il faut suivre quasiment la même démarche. Les différences résident dans le fait de sélectionner l’instrument « acoustic instrument » lors de la création d’un projet. Afin que l’entrée soit reconnue.

Sélectionner Guitare

Sélectionner Acoustic Instrument

Puis, si la piste n’est pas active (c’est à dire si votre instrument ne produit pas de son via l’ordinateur), il faut vérifier les entrées et sorties dans le menu : GarageBand, « préférences », Audio/Midi et sélectionner en entrée « entrée intégrée » comme ci-dessous :

Capture d’écran 2013-01-27 à 21.11.50

Sélectionner « Entrée intégrée »

Enfin, penser à activer la piste (en bas à droite) si elle ne l’est pas.

Désactiver le métronome (Pomme + U) et lancer l’enregistrement.

C.) Pour PC : version simple (mais pas top en qualité)

20130128-110151.jpgAudacity permet d’enregistrer l’entrée intégrée (LINE IN).

Habituellement, à l’aide d’un adaptateur Jack instrument vers mini Jack (voir photo), on peut brancher son instrument dans l’entrée audio (souvent verte).

Mais sur le PC que j’avais entre les mains dernièrment, il n’y avait pas de prise LINE IN (verte). Il faut dans ce cas un adaptateur Jack-USB (une trentaine d’euros également), la qualité n’est pas professionnelle, mais permet de faire office de carte son d’appoint.

Adaptateur USB - jack

Adaptateur USB – jack

En pratique

Sélectionner l’entrée à enregistrer dans Audacity. Elle est représentée par un micro, il faut ensuite sélectionner l’entrée en question.

L’avantage d’Audacity ici est qu’une fois sélectionnée l’entrée à enregistrer, il suffit de lancer l’enregistrement (bouton rouge).

Si toutefois l’enregistrement ne fonctionne pas. Penser à configurer l’entrée que l’on veut enregistrer dans : Panneau de configuration / son / enregistrement : sélectionner l’entrée.

Evernote pour partager les créations des élèves

Evernote pour partager certains types de créations
Longtemps à la recherche d’un outil pour diffuser certains types  de productions réalisées par les élèves, Evernote que j’utilisais pour d’autres choses s’est révélé être la solution que je cherchais. Un grand merci à François Lamoureux que j’ai vu pratiqué cela.
Image
En 5e donc, les élèves créent  et interprètent une histoire à la façon de Cathy Berberian dans Stripsody (1966). Ils réalisent ainsi une partition graphique puis sont enregistrés lors de l’interprétation.
Evernote permet de capturer l’image de la partition et d’enregistrer l’interprétation. Il suffit ensuite de partager la « note » crée sur les plateformes de diffusion de son choix.
ImageLes élèves peuvent le faire eux-mêmes :
– toucher le micro pour enregistrer,
– toucher l’appareil photo pour en choir ou en prendre une
Et c’est tout !
Voici ce que donne une note partagée ici (pas l’exemple de Stripsody car sous droits d’auteur. L’enregistrement provient d’un mp3 réalisé via enregistreur numérique, pas depuis l’application : il s’agit donc d’une note pour montrer à quoi cela ressemble…!)
Mais pourquoi pas SoundCloud ?
Un avantage de l’utilisation d’Evernote est le stockage au sein de l’application qui permettra, avec un simple mot clé dans la section de recherche, de remettre la main sur la « note » en question. De plus, le compte Evernote étant accessible depuis de nombreux terminaux (android, iOS, Mac, Pc, en ligne), l’accès à ces travaux en sera facilité.
Utilisant également SoundCloud dans ce but, je préfère Evernote pour son fonctionnement « hors-ligne » d’une part et son organisation/synchronisation sur tous les terminaux utilisant le même compte.

Autour de la pulsation

Une première activité suivant (ou précédant) une écoute consiste à observer une représentation graphique de la musique obtenue par une application audio telle que Multitrack Daw (pour iPad qui a son équivalent pour PC ou Mac avec Audacity).

Pour cette activité, le choix d’écoute est l’oeuvre des BB Brunes, Le gang, 2006 dans laquelle une basse électrique joue sur chaque temps.

Avec l’iPad

1.) Dans Multitrack Daw, après avoir créé un fichier dans le menu principal, appuyer longuement sur la piste vide pour faire apparaître les paramètres bleus. Glisser vers « Audio… »

IMG_0430

2.) Choisir un titre dans « iPod » et appuyer sur « Importer »

IMG_0432

3.) Appuyer sur la vue principale, puis appuyer longuement sur la piste vide et glisser vers « coller ». On obtient ceci :

IMG_0433

4.) Cette dernière vue sera capturée (appui simultané sur le bouton home et le bouton de mise en veille) puis importée dans une application d’annotation de photos telle que Skitch. Afin de rogner et mettre en valeur les impulsions visibles de la pulsation. Enfin, l’image annotée sera exportée dans la photothèque.

IMG_0434

Les élèves pourront ainsi intégrer leur image annotée dans leur cours avec l’application Pages (bouton +, onglet multimédia, puis images enregistrées) dans laquelle le cours aura été préalablement importé.

Avec un PC ou un Mac

Je vais à présent décrire cette séquence avec les possibilités réelles qui me sont offertes aujourd’hui : pas de salle d’éducation musicale mais une salle informatique PC souvent disponible…

L’avantage d’Audacity est que sa prise en main est relativement simple, de plus, il est gratuit et légal. Les élèves de sixième se familiarisant avec, dès l’entrée au collège, seront ainsi tout à fait dans la capacité de réinvestir leurs capacités lors de la préparation des oraux d’histoire des arts (afin de d’éditer des fichiers audio).

Ainsi, après avoir importé le fichier audio dans le logiciel, les élèves démarrant la lecture pourront observer la corrélation entre impact de la basse et impact visuel sur la représentation graphique du logiciel.

Il sera opportun de capturer l’image (avec MWSnap ou Skitch, tous deux gratuits).

Capture d’écran 2012-12-05 à 22.30.22

Afin de l’annoter (avec Skitch) et de mettre en valeur les impacts de la pulsation.

impact annoté

Skitch incorporant la synchronisation avec Evernote, il est concevable que les élèves envoient leur capture dans un espace créé pour eux (comme le propose François Lamoureux ici)

Poursuites possibles sur Mac, Pc ou iPad

La suite de l’activité consiste à importer dans Audacity une oeuvre dans laquelle la pulsation n’est pas marquée de façon franche par un instrument. Prenons ici l’Air n°6 de la suite Water Music d’Haendel (1733).

Image

On observe sur cette image aucune marque comme l’on pouvait en constater chez BB Brunes. Cela peut conduire l’élève à comprendre que la pulsation peut-être jouée « visiblement » et donc être perçue et produite par imitation (BB Brunes) ou bien que la pulsation peut ne pas être jouée « visiblement » mais peut-être ressentie lorsqu’aucun instrument ne la joue franchement (Haendel).

On pourra ensuite s’appuyer sur une vidéo mettant en avant les gestes du chef d’orchestre. Couper le son et essayer de taper la pulsation, remettre le son et vérifier la synchronisation…

En conclusion : une création

Pour terminer, on pourra lancer une activité de création : l’objectif sera de créer une boucle de batterie dans laquelle la pulsation est clairement mise en avant. Cela peut paraître simple mais a semblé être un vrai moyen de vérifier la compréhension de la notion et sa re-médiation immédiate en cas d’incompréhension.

On utilisera Drum Machine sur Pc ou Mac (gratuit et en ligne) :

Capture d’écran 2012-12-16 à 17.18.21

ou DM-1 – The Drum Machine (parmi d’autres pour iPad) :

IMG_1499

Sur PC/Mac, on pourra enregistrer la création sur Audacity (voir: enregistrer le son de l’ordinateur avec Audacity ici ou ) afin que les élèves puissent observer la présence de la pulsation comme ils l’ont fait sur Le gang de BB Brunes et éventuellement l’annoter avec Skitch.

IMG_1501

Sur iPad, on exportera la création via l’onglet EXPORT de DM-1, où l’on pourra copier la création (Audiocopy) et la coller directement dans Multitrack DAW (solution nettement plus simple que sur PC/Mac :-)…)